Publication

Règlement sur la qualification des entrepreneurs et des constructeurs-propriétaires : Quelques réflexions

13 mai 2008 | Vol.4 No.18

La réforme de la qualification des entrepreneurs et constructeurs propriétaires réduit dans un premier volet, les sous-catégories de licences pour les regrouper désormais sous de grandes familles.

Cette nouveauté ne change toutefois pas la spécificité des tâches habituellement remplies par une entreprise bien qu’elle pourrait être habilitée à le faire.

Je m’explique : prenons l’exemple de l’ex sous-catégorie 4213 Entrepreneur en parquetage. Désormais, cet entrepreneur pourra faire partie des sous-catégories 6.2 Entrepreneur en travaux de bois et plastique et 9 Entrepreneur en travaux de finition.

Il est clair que ces nouvelles sous-catégories de licences lui permettraient en théorie de déborder sur de nouveaux champs d’activité plus étendus. Mais la réalité est différente à cause de la compartimentation du marché qui découle elle-même du cloisonnement des tâches, c’est-à-dire du caractère rigide des certificats de compétence liés à chacun des métiers.

Dans les faits, ce même entrepreneur ne pourra accepter des contrats qui incluraient d’autres travaux que ceux que sa main d’œuvre est autorisée à exécuter et ce même si ces sous-catégories l’y autorisaient. Conséquemment la réforme viendra sans doute alléger le travail de la Régie du Bâtiment mais elle n’aura pas de véritable effet à court terme sur les activités des entrepreneurs.



Cependant, si le gouvernement s’inspirait de cette réforme pour regrouper aussi les définitions de tâches des divers métiers de la construction en de grandes familles, comme il le fait pour les entreprises, on assisterait à un décloisonnement qui se traduirait par une plus grande polyvalence de la main-d’œuvre et qui constituerait une partie de la solution au problème de plus en plus marqué du manque de salariés qualifiés.

Mais ce n’est pas demain la veille …..


 

Pensée de la semaine L'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert. [Anonyme]