Publication

Assurance automobile et couverture à l’étranger

10 juillet 2013 | Vol. 7 No. 46

À l’aube des grandes vacances estivales, plusieurs d’entre nous voyageront hors Québec. Il est bon de se rappeler certaines règles concernant le régime d’assurance automobile, lequel repose sur deux grands principes : la non-responsabilité et l’universalité.

Partout dans le monde, tout québécois est protégé par le régime d’assurance automobile du Québec qu’il soit responsable ou non de l’accident automobile dans lequel il est impliqué comme conducteur, passager ou piéton. C’est toutefois l’entreprise privée qui est responsable de l’indemnisation pour les préjudices matériels. Si l’accident devait se produire hors du Québec, vous seriez protégé par votre police d’assurance responsabilité dont le montant minimum obligatoire est de 50 000.00 $.

Comme vous êtes susceptible d’être poursuivi devant les tribunaux du lieu de l’accident pour les dommages corporels et matériels causés à autrui, il est essentiel que vous vérifiiez si votre assurance responsabilité possède une couverture suffisante pour payer ces éventuels dommages.

Pour les dommages corporels subis lors d’un accident automobile survenu à l’extérieur du Québec, vous serez couvert par le régime général et devrez informer la SAAQ de tout accident qui s’est produit à l’extérieur du Québec (1-800-463-6898 (Canada, États-Unis) et 1-800-361-7620 (extérieur du Canada et des États-Unis)).

Dernier conseil

Si vous prévoyez quitter le Québec au cours des prochaines semaines, nous vous recommandons de réviser avec votre compagnie d’assurance les garanties qui sont prévues en cas d’accident causant des dommages matériels à l’extérieur du Québec. Vous pourrez, au besoin, faire les ajustements nécessaires, le temps de votre déplacement hors Québec.


Bonnes vacances et bonne route !



À lire, prochaine Partenaires :

L'étude environnementale phase 1 : Risques et prudence !

Par Esther St-Amour



Pensée de la semaine :

Je ne veux désormais collectionner que les moments de bonheur.

[Stendhal]